Accueil » 37-1 ( 1982) » Industrial Relations: A Paradigmatic Analysis

Industrial Relations: A Paradigmatic Analysis

Stanley Young

Abstract

After noting some of the differences between paradigmatic and normal research, the author suggests, as has occurred with other disciplines, the need for industrial relations paradigmatic research.

Résumé

Les relations professionnelles : une analyse paradigmatique

Thomas Kuhn a noté que le développement d'une discipline ou d'une science exige deux genres d'activités de recherche: l'activité normale et l'activité extraordinaire ou paradigmatique. Bien que cette observation semble valable au point de vue historique, la recherche paradigmatique rigoureuse, systématique et raisonnée est un développement relativement récent dans le champ des sciences sociales.

Cet article présente l'ensemble des caractéristiques des paradigmes et en fournit deux exemples. On y compare la recherche normale et la recherche paradigmatique et on mettra en relief les traits particuliers de la recherche paradigmatique. Étant donné que la discipline des relations professionnelles semble être multiparadigmatique, cette forme de recherche est de toute première importance si on veut en arriver à une conception valide et réaliste des comportements en matière de relations de travail.

Le paradigme

Kuhn a noté qu'un paradigme est un ensemble de postulats intuitifs (un ensemble de propositions apparentées) se rapportant à la nature des entités fondamentalesde l'univers social qui intéresse cette discipline. Comment ces entités réagissent-elles les unes sur les autres, quelles questions peuvent être soulevées à propos de ces entités, quelles techniques ou quelle méthodologie peuvent être utilisées pour découvrir les réponses à ces questions? Pour être en mesure d'entreprendre une recherche, il faut disposer d'un ensemble de postulats intuitifs au sujet de la nature du milieu dans lequel l'individu se trouve.

Pour démontrer les caractéristiques des paradigmes, on considère ici deux systèmes de pensée ou de raisonnement que les chercheurs utilisent couramment dans la poursuite normale de la recherche en matière de relations de travail: l'un qui est humaniste et l'autre qui est positiviste. (Naturellement, il peut y avoir d'autres paradigmes.

Deux paradigmes

                                                  Les deux paradigmes

Humaniste                                        Positiviste

1. Volontaire                                   1. Naturel

2. symbolique                                  2. « matérialité »

3. finalité                                         3. sans finalité

4. ordre humain                               4. ordre naturel

5. appris                                         5. déterminé

6. changement dû au                         6. changement dû aux

  développement historique                  forces naturelles

La différence entre ces deux systèmes de pensée ou de raisonnement oblige à se rapporter aux postulats préalables de l'un et de l'autre systèmes concernant la nature des propriétés du milieu social et de leurs interrelations. Les positivistes croient que les propriétés qu'ils observent sont naturelles, matérielles et qu'elles interagissent les unes sur les autres d'une manière déterministe. Par voie de conséquence, cet univers social peut être examiné et interprété de la même manière que l'univers des sciences physiques.

D'autre part, les humanistes estiment que les propriétés du milieu social sont symboliques, qu'elles sont l'oeuvre de l'homme, c'est-à-dire humanistes. Ainsi, le comportement dans le domaine des relations de travail serait alors guidé par un corpus de connaissances sociales qui peuvent être classées dans un ensemble de règles, telles que les lois, les contrats et les normes. On peut dire qu'une règle est un ensemble de directives qui incitent, compte tenu des circonstances identifiables, les individus à réagir d'une façon donnée s'ils veulent obtenir un résultat désiré. La méthode d'analyse appropriée découle de l'anthropologie culturelle ou de la loi et de la coutume.

La recherche normale et paradigmatique

La recherche normale est l'application des paradigmes au milieu ambiant extérieur exprimé sous forme d'un problème de recherche, soit la réalité → le paradigme → la recherche normale → les résultats de la recherche.

Les paradigmes offrent un encadrement général ainsi qu'une explication partielle et incomplète du milieu ambiant. Par exemple, même s'il est possible de prendre pour acquis au départ qu'il y a une explication naturelle au comportement humain, il est encore obligatoire de repérer les causes d'un absentéisme plus ou moins prolongé. L'objet d'une recherche normale est justement d'établir ce genre de relation.

La recherche paradigmatique vise à établir la véracité du paradigme lui-même. Une telle recherche est essentiellement analytique. L'analyse paradigmatique nécessite: 1) qu'on s'assure du contenu conceptuel du paradigme; 2) et qu'on invente et qu'on applique les tests empiriques capables de vérifier les postulats sur lesquels il se fonde.

Le but de la recherche paradigmatique est de s'assurer que le paradigme représente vraiment la réalité qu'il postule. Par la suite, l'examen des systèmes de raisonnement théorique sera un guide aux résultats normaux de la recherche. L'élaboration d'une théorie est un processus subjectif: les données subjectives de l'analyse découlent de prémisses personnelles qui reflètent sa socialisation au milieu académique et, subséquemment, le développement intellectuel de la discipline.

Enfin, lorsqu'on se trouve en présence de plusieurs communautés paradigmatiques, chacune tendant à donner une description valable mais divergente de la réalité, il est alors nécessaire d'entreprendre une recherche paradigmatique pour amenuiser ces différences. Comme la littérature courante dans le domaine des relations industrielles le laisse voir, tant qu'il y aura incertitude et ambiguïté quant à savoir si les comportements en cette matière sont naturels ou volontaires, si leurs variables sont objectives, universelles et permanentes ou historiques et idiosyncratiques, s'ils sont matériels ou symboliques, s'ils sont déterministes ou non-déterministes, s'ils sont finalistes ou non finalistes, on a, au mieux, une explication très restreinte des comportements dans le domaine des relations professionnelles.