• mockupRIIR

    Le volume 78-4 est maintenant en ligne!

    Le numéro thématique portant sur la contribution des relations industrielles à la compréhension de l'avenir du travail et de l'emploi est maintenant en ligne. Ce numéro a été dirigé par Patrice Jalette et Dionne Pohler.

  • Éditeurs associés

    Nouveau : Éditeurs associés

    Accueillez nos nouvelles éditrices associées et nos nouveaux éditeurs associés : Professeure Tania Saba, Professeur Ernesto Noronha, Professeure Ann Frost et Professeur Jean-Étienne Joullié! 

  • Campus Hiver

    Présentation vidéo de la revue

    Visionnez cette courte capsule vidéo qui présente la revue, ses accomplissements récents ainsi que nos ambitions futures!

Telework in Canada : Who Is Working from Home during the COVID-19 Pandemic ?

Telework in Canada : Who Is Working from Home during the COVID-19 Pandemic ?

James Chowhan, Kelly MacDonald, Sara L. Mann, Gordon B. Cooke

Volume : 76-4 (2021)

Résumé

La pandémie de COVID-19 a créé une nouvelle réalité dans le monde du travail. Les employeurs se rendent compte que pour poursuivre leurs activités pendant la pandémie, ils doivent penser le travail différemment : comment le travail est organisé, qui fait quoi et où il est effectué. La présente étude vise à déterminer s’il existe des différences dans les caractéristiques démographiques et le capital humain des personnes qui travaillent à domicile pendant la pandémie et celles qui travaillaient à domicile auparavant. Ainsi, cette étude profite des conditions naturelles d’une pseudo-expérience pour identifier les facteurs sociodémographiques (c.-à-d., le genre [femme/homme], le statut d’immigrant, l’âge) et le capital humain (c.-à-d., le niveau de scolarité, la santé) des personnes qui ont la possibilité de faire du télétravail afin de mieux comprendre les répercussions des fermetures sur ces sous-groupes. Cette étude utilise les données de la première enquête de la Série d’enquêtes sur les perspectives canadiennes (SEPC) de Statistique Canada sur les répercussions de la COVID-19, ainsi qu’un échantillon analytique (n = 2 653). En outre, l’Enquête sociale générale de 2016, cycle 30, a été utilisée afin d’obtenir des estimations prépandémiques pour les comparaisons descriptives. Nous constatons que les femmes ne sont pas moins susceptibles que les hommes de faire du télétravail et que le statut d’immigrant est négativement corrélé au travail à domicile pendant la pandémie. De manière générale, la corrélation avec l’âge est confirmée, la probabilité du télétravail étant relativement plus faible à mesure que l’âge augmente. Le niveau de scolarité est positivement corrélé au télétravail pendant la pandémie (p. ex., le fait d’avoir un baccalauréat ou un diplôme universitaire supérieur est positivement corrélé au télétravail). Enfin, il n’y a pas de relation entre la santé physique ou mentale et le télétravail. La présente étude contribue à la littérature en quantifiant les répercussions d’un bref événement de télétravail de masse et ses implications sur l’accès au télétravail en fonction des caractéristiques sociodémographiques et du capital humain. Dans un monde post-pandémique, tirerons-nous les leçons de cette expérience imposée par la pandémie ? 

Mots clés : travail à domicile (TAD), genre, immigrant, niveau d’éducation, santé mentale.