Accueil » 52-1 ( 1997) » Union and Employer Confederation Views on Current Labour Relations in 21 Industrialized Nations

Union and Employer Confederation Views on Current Labour Relations in 21 Industrialized Nations

Richard B. Peterson et John Sargent

Abstract

This study reports the results of a cross-sectional mail survey sent to top officials of union and employer confederations in twenty-one industrialized market economics in Western Europe, North America, and Japan. The results regarding their assessment of the current labour relations situation in their own country show some significant differences related to employer vs. Union side and by economic groupings (EEU, EFTA, and other). We conclude that the relatively stable labour-management relationships during the 1960s and 1970s has apparently given way to greater divergence among the major industrial nations in recent years.

Résumé

Cet article présente les résultats d'une enquête postale effectuée auprès des hauts dirigeants de confédérations syndicales et patronales dans 21 pays industrialisés en Europe de l'Ouest, en Amérique du Nord et au Japon. Nous avons trouvé les noms et adresses de ces diverses confédérations dans plusieurs bottins différents.

Nous avons utilisé deux questionnaires : l'un pour les confédérations patronales, l'autre pour les confédérations syndicales. Les 21 premières questions cherchaient de l'information contextuelle et organisationnelle. Les 46 autres questions et énoncés visaient une évaluation des relations du travail contemporaines dans le pays du répondant. Certains de ces énoncés reflétaient des variables déjà identifiées par Peterson (1987). Le questionnaire fut envoyé à 68 hauts dirigeants de confédérations patronales et syndicales dans tous les pays de la Communauté économique européenne (CEE) et de l'Association européenne du libre-échange (AELE) ainsi qu'aux États-Unis, au Canada et au Japon (EUCJ).

Les questionnaires retournés et utilisables proviennent de 43 confédérations syndicales et patronales. Le taux de réponse est de 56,8 % pour les confédérations syndicales et 75 % pour les confédérations patronales. Nous avons reçu les réponses d'au moins une confédération syndicale et une confédération patronale dans 18 des 21 pays. Ayant assuré l'anonymat et la confidentialité, nous ne présentons pas nos résultats par confédération ou pays spécifiques. Nous avons regroupé les réponses.

Nous tirons trois grandes conclusions des données colligées. D'abord nos résultats concordent généralement avec les points déjà soulevés dans la littérature sur les relations industrielles comparées (Ferner et Hyman 1992). La situation est considérablement moins stable dans ces pays que celle perçue par les syndicats et les employeurs dans les années 1960. La concurrence internationale, les restructurations d'entreprises, la récession et des taux de chômage plus élevés ces dernières années justifient, sans doute, plusieurs réponses.

Ensuite, nous trouvons tant accords que désaccords lorsque nous comparons les réponses syndicales et patronales. 11 semble que ces dirigeants peuvent être sans parti pris lorsqu'ils décident et, en même temps, offrir des raisons différentes sur la performance moins heureuse de l'autre partie sur certains aspects des relations du travail (v.g. succès de l'organisation syndicale).

Finalement, les comparaisons entre les trois groupes de pays (CEE, AELE et EUCJ) démontrent des réponses très différentes quant à l'état actuel des relations du travail. Pour différentes raisons, les syndicats dans les pays de l'AELE ont connu un peu plus de succès au début des années 1990 que leurs collègues des groupes CEE et EUCJ. En effet, les syndicats de l'AELE sont plus forts, en termes de membership et ils ont moins à craindre des employeurs, ils ne sont cependant pas sans problème. La situation aux États-Unis, au Canada et au Japon montre plus de tension sur la scène nationale des relations du travail que cela pouvait être pour la plupart des autres pays dans la période d'après-guerre.

Resumen

Este estudio présenta los resultados de una encuesta sectorial realizada por correo y dirigida a los oficiales principales de los sindicatos y las confederaciones patronales de 21 economías industrializadas en Europa del Oeste, America del Norte y Japon. Los resultados de sus percepciones de la situación de la relaciones laborales en sus correspondientes países demostraron diferencias importantes entre la vision de los sindicatos y la de los patrones así como por agrupación económica. Concluimos que la relativamente estable condición de las relaciones entre la fuerza de trabajo y la administración de esta durante las décadas de los 60 y 70 se ha aparentemente transformado en divergencia entre los países industrializados de mayor importancia en los mas recientes anos.