Accueil » 55-2 ( 2000) » Reinstatement in Arbitration: The Grievors' Perspective

Reinstatement in Arbitration: The Grievors' Perspective

Kelley Williams et Daphne Gottlieb Taras

Abstract

Virtually absent in the arbitration literature is the voice of the grievor. We examine post-reinstatement experiences primarily from the perspectives of a group of seven Alberta grievors. We first review the declining frequency of Alberta arbitrations, the extent to which dismissal cases form a proportion of the arbitral caseload, and the relatively low rate of reinstatement. Findings are: (1) grievors are unaware of the public availability of arbitration awards; (2) reinstated grievors are critical of the union that successfully defended them; (3) they have a more benign view of management;(4) very little reinstatement assistance is offered; and (5) grievors' positive attitudes to their worksites are more determinative of successful reinstatement than remorse and acceptance of culpability.

Résumé

La voix du plaignant est à peu près absente de la littérature sur l'arbitrage. Nous rapportons ici les résultats d'une étude exploratoire portant surtout sur les expériences post-réintégration d'un groupe de plaignants albertains. Nous avons complété des vérifications de validité et de fiabilité par des entrevues avec des représentants syndicaux, des administrateurs et des arbitres. Nous avons choisi au hasard, pour fin d'analyse, un échantillon de douze cas impliquant quinze employés dans des auditions tenues à Calgary. De ces quinze employés, cinq n'ont pu être rejoints, trois ont refusé de répondre et sept ont répondu à une entrevue téléphonique semistructurée d'une durée d'environ une heure. Nous avons alors exploré leurs perceptions au sujet de leur arbitrage et de leur réintégration. Nous avons également examiné les facteurs qui accroissaient la probabilité d'une réintégration réussie. En plus, nous avons mené des entrevues téléphoniques avec dix professionnels de relations du travail tant syndicaux que patronaux et trois arbitres. Cette consultation avait pour objectif d'obtenir leur point de vue sur la fréquence des réintégrations et sur leurs perceptions eu égard aux employés réintégrés.

Afin de cerner le contexte pour mener les entrevues des plaignants, nous avons recensé un total de 485 cas d'arbitrages fédéraux et provinciaux survenus en Alberta entre janvier 1995 et décembre 1998. Sur les 138 causes de congédiement entendues durant cette période, les arbitres ont réintégré 48 individus. Il semble qu'il se dégage trois résultats distincts de la composante quantitative de la présente recherche. D'abord, notons le faible taux de réintégration par rapport au total des congédiements étudiés. Ce taux de 37,7 % représente une baisse sérieuse par rapport au taux de 53,8 % observé par la recherche albertaine entre 1982 et 1984. En second lieu, nous observons une baisse dramatique de griefs référés à l'arbitrage durant la dernière décennie, i.e. de 168 en 1990 à 80 en 1998. Cette réduction de moitié ne peut pas être attribuée entièrement à la baisse de la densité syndicale en Alberta de 26 à 22 % pour la même période. Même si le nombre de cas de congédiement a baissé en termes absolus, il est demeuré relativement stable lorsque exprimé en pourcentage du total de griefs déposés, à l'exception de pointes inhabituelles en 1997 et en 1998. Le taux moyen de cas annuels de congédiement est de 27,1 % et varie de 22,6 % en 1992 h 31 % en 1998. Le fait que la proportion de griefs de congédiement fut très haute en 1997 et 1998 suggère que le congédiement constitue toujours un sujet très chaud en milieu syndiqué.

La portion qualitative de la présente recherche a généré des résultats tout aussi intéressants. D'abord, les employés ignorent le caractère public de ce processus privé de justice industrielle. Il ne leur fut aucunement plaisant de savoir que le processus d'arbitrage entraîne la divulgation de leur histoire personnelle et d'emploi. Il en est résulté que notre contact initial avec les employés a constamment révélé un niveau significatif de non-confiance. Ensuite, la procédure pré-arbitrale de griefs est perçue comme un processus injuste qu'un employé a caractérisé de biaisé, l'employeur recevant beaucoup plus de déférence. On voyait alors comme une nécessité d'avoir l'occasion de voir un tiers impartial examiner les faits.

Peut-être le plus surprenant des résultats de notre étude tient du fait que malgré qu'ils aient eu gain de cause, très peu de personnes interviewées considéraient que leur syndicat leur a apporté suffisamment de support tant pendant les audiences que lors de la réintégration. En fait, les plaignants ont été très critiques des syndicats qui les défendaient et, en même temps, conservaient une perception relativement bienveillante envers leurs employeurs.

Cette perception du faible support syndical est confirmée par le fait que très peu d'assistance est offerte au plaignant suite à sa réintégration à son milieu de travail. Même si cela ne fait pas l'unanimité, plusieurs croient que tant l'employeur que le syndicat aurait pu être plus proactif.

Finalement, il y a clairement certaines caractéristiques chez les employés qui contribuent à une réintégration réussie. Une attitude positive envers son lieu de travail est plus déterminante pour une réintégration réussie que remords et acceptation de la culpabilité. Un comportement coopératif et une perception positive de sa propre conduite peuvent être importants pour aider les employés à bâtir ou à réparer les relations difficiles avec les collègues de travail.

Resumen

La opinion del demandante se encuentra practicamente ausente de la literatura sobre el arbitraje. Nosotros examinamos aqui las experiencia después de la reposiciòn al trabajo, principalmente desde la perspectiva de un grupo de siete demandantes en Alberta. Hemos revisado primero la frecuencia déclinante de los arbitrajes en Alberta, y en que proporcion los casos de despido forman parte del total de casos de arbitraje asi como la proporcion relativamente baja de reposiciones. Los resultados nos muestran lo siguiente : (1) los demandantes desconocen que las sentencias de arbitraje son disponibles; (2) los demandantes repuestos critican el sindicato que afoitunadamente los defiende; (3) ellos tienen una buena opinion de la gerencia; (4) se ofrece una pequena ayuda de reintegracion ; y (5) las actitudes positivas de los demandantes respecta a su centro de trabajo son mucho mas déterminantes de una reposiciòn exitosa que el remordimiento y el reconomiciento de culpabilidad.