Accueil » 76-3 ( 2021) » Personnels navigants : un collectif de travail à l’épreuve du changement

Personnels navigants : un collectif de travail à l’épreuve du changement

Sarah Nogues, Diane-Gabrielle Tremblay et Sari Mansour

Résumé

Acheter en ligne

Notre article porte sur les intensités et la fragilisation des collectifs de travail et offre une synthèse de la littérature concernant le travail et ses intensités, en particulier dans le milieu aérien. Prenant le cas du personnel navigant commercial (PNC) dans le milieu aérien, nous nous appuyons sur la théorie des demandes-ressources du travail et de l’organisation capacitante pour analyser les perceptions de ces travailleurs concernant les demandes physiques, psychosociales et organisationnelles du travail, ainsi que les ressources de même type, notamment à la suite de l’autorisation d’une réduction d’effectif par le ministère des Transports sur bon nombre de porteurs canadiens en juillet 2015. Nous portons une attention particulière aux demandes du travail constituant une contrainte, ce qui est rarement pris en compte dans les études sur l’intensification du travail. À l’aide du construit de caravanes de ressources et d’organisation capacitante, nous nous demandons si les collectifs de travail PNC sont en mesure d’accomplir leur mission collective de maintien de la sécurité et de service auprès du public. Nous avons pour cela mené 41 entrevues semi-dirigées auprès d’agents de bord et de directeurs de vol volontaires provenant de deux compagnies aériennes canadiennes. Nous avons procédé à une analyse de contenu qualitative faisant émerger les thèmes principaux de manière inductive et analysant les demandes et les ressources physiques, psychosociales et organisationnelles du travail. Nos résultats documentent de façon originale comment une augmentation notable des intensités contraignantes du travail perturbe les collectifs de travail, en particulier le rôle pivot du directeur de vol, contribuant à la recherche émergente au sujet de la fragilisation des processus de travail. De nombreux aspects demeurent à améliorer pour qualifier les compagnies aériennes étudiées d’organisations capacitantes.

Abstract

Our article deals with intensities and fragilization of work collectives, and offers a synthesis of the literature regarding work and its intensities, particularly within the air travel sector. Analyzing commercial airline crews, the article uses the demands-resources and capacitating organization theories to analyze the perceptions of these workers as concerns physical, psychosocial and organizational demands of work, as well as the resources of same nature, in the context of a reduction of personnel authorized by the Transportation Department for many Canadian carriers in July 2015. We pay particular attention to the work demands which constitute a constraint, something which is rarely considered in research on intensification of work. With the resource-caravan and capacitating organization concepts we seek to determine whether airline crews (stewards and directors) have the means to ensure their collective mission of security and service to the public. We conducted 41 semi-directed interviews with stewards and pursers or flight directors from two Canadian airlines. We conducted an inductive research based on qualitative content analysis to obtain the main themes and analyze the physical, psychosocial and organizational demands and resources for work. Our results illustrate in an original way how an important increase in constraining work intensities disrupts the work collective, particularly the pivotal role of the flight director, thus contributing to emerging research on fragilization of work processes. Many aspects would need to be changed in order to qualify airlines as capacitating organizations.