Accueil » 75-4 ( 2020) » Neo-Taylorism in the Digital Age: Workplace Transformations in French and German Retail Warehouses

Neo-Taylorism in the Digital Age: Workplace Transformations in French and German Retail Warehouses

Jérôme Gautié, Karen Jaehrling et Coralie Perez

Abstract

The paper analyzes how digitalization in conjunction with changes to the economic environment are affecting the nature of low-skilled jobs in the logistics sector; in particular, job content and the working and employment conditions attached to those jobs. On the basis of expert interviews and company case studies in French and German retail warehouses, the authors investigate whether the adaptation of these jobs corresponds to the more general ‘neo-Taylorist’ transformation of workplaces discussed in the literature and seek to identify those factors that are helping to stabilize or modify this trend.

Drawing on the comparative labour relations literature, which distinguishes between different types of workers’ power resources (institutional, associational and structural), the study examines how and to what extent employees and their representatives renegotiate or influence techno-organizational choices. By focusing on firms headquartered in France and Germany, we can shed some light on whether the institutional power of organized labour may enable them to foster trajectories other than the kind of ‘digital Taylorism’ we see in liberal market economies.

The findings point, however, to a general convergence on digitally enhanced ‘Neo-Taylorism,’ which is characterized by deskilling and intensification of performance control. The limited cross-country variation can largely be explained by the very similar effects across countries of ‘lean’ supply-chain transformation and the trend toward outsourcing and offshoring, which negatively affect workers’ structural power. Moreover, associational resources are negatively affected by the deskilling trend. Meanwhile, the findings provide some evidence of a beneficial impact from the institutional power of worker representatives in both countries: in particular, the rights to veto and co-determine performance management systems. These rights have not altogether helped prevent the shift toward neo-Taylorism but have contributed to somewhat less intense forms of neo-Taylorism.

Keywords: technological change, digital Taylorism, power resources, performance management, deskilling, employment relations.

Résumé

L’article analyse comment l’avènement du numérique, associé à l’évolution de l’environnement économique, affectent la nature des emplois peu qualifiés dans le secteur de la logistique des magasins de détail, en particulier le contenu et les conditions de travail et d’emploi qui leur sont liés. À partir d’entretiens d’experts et d’études de cas d’entreprises dans des entrepôts logistiques français et allemands, les auteurs examinent si l’évolution de ces emplois reflète la transformation ‘néo-tayloriste’ des établissements discutée dans la littérature, et cherchent à identifier les facteurs susceptibles d’infléchir ou de confirmer cette tendance.

S’appuyant sur la littérature comparative en relations de travail qui distingue les différents types de ressources de pouvoir des travailleurs (institutionnelles, associatives et structurelles), les auteurs examinent comment les choix technologico-organisationnels sont négociés ou influencés par les salariés et leurs représentants. L’accent mis sur les entreprises ayant leur siège en France et en Allemagne permet de déterminer si le pouvoir institutionnel du mouvement syndical peut permettre de faire émerger d’autres trajectoires que la forme de ‘taylorisme digital’ constaté dans les économies de marché libérales.

Les résultats indiquent une tendance largement convergente vers un « néo-taylorisme» numériquement ‘amélioré’, caractérisé par des processus de déqualification et une intensification du contrôle des performances. Le peu de différences observées entre les pays s’explique, en grande partie, par l’effet très similaire de la transformation de la chaîne logistique à flux tendus, ainsi que la tendance à l’externalisation et à la délocalisation, qui minent le pouvoir structurel des travailleurs dans tous les pays. De plus, les ressources associatives sont affectées négativement par la tendance à la déqualification. Cependant, les résultats mettent en évidence un certain effet bénéfique du pouvoir institutionnel des représentants des travailleurs dans les deux pays qui a contribué à éviter l’émergence des pires formes de néo-taylorisme, notamment en termes de contrôle de performance.

Mots-clés : changements technologiques, taylorisme digital, ressources de pouvoir, gestion de la performance, déqualification, relation d’emploi.