Accueil » 63-1 ( 2008) » Workers’ Power and Intentional Learning among Non-managerial Workers: A 2004 Benchmark Survey

Workers’ Power and Intentional Learning among Non-managerial Workers: A 2004 Benchmark Survey

David W. Livingstone et Milosh Raykov

Abstract

This paper explores relations of workers’ power, in terms of unionization and delegated workplace authority, with incidence of participation in adult education and job-related informal learning activities. Empirical analysis is based primarily on the first Canadian survey to document both aspects of workers’ power and both formal and informal learning. Prior inconsistent research on unionization and adult education is critically reviewed. The current study focuses on non-managerial employees between 25 and 64. The findings of this 2004 survey, as well as secondary analysis of other relevant surveys, confirm that union membership is consistently positively related to both participation in adult education and some informal learning topics. Delegated workplace authority also has positive effects on both adult education and some informal learning topics. While delegated workplace authority is not related to unionization, their positive effects on workers’ intentional learning are additive. Implications of these findings for further research and optimizing workplace learning are discussed.

Résumé

Le pouvoir des travailleurs et l’apprentissage volontaire chez le personnel d’exécution

L’enquête repère de 2004

Cet essai examine les relations entre le pouvoir des travailleurs et leurs activités d’apprentissage volontaires. Le pouvoir des travailleurs se définit ici en termes d’autorité négociée acquise par la syndicalisation et d’autorité déléguée par les employeurs pour participer à la prise de décision organisationnelle. L’apprentissage volontaire est perçu en termes de participation à des cours formels d’éducation aux adultes aussi bien qu’en termes d’apprentissage informel lié à l’emploi. Il n’y a eu que très peu d’études théoriques ou empiriques sur la relation entre le pouvoir des travailleurs et l’acquisition de connaissances. Mais ce sujet devient hautement important quand on pense à l’émergence publicisée de l’économie du savoir et au besoin supposé d’une main-d’oeuvre plus instruite. L’hypothèse principale est à l’effet que les travailleurs qui ont le plus de pouvoir dans les établissements sont les plus en mesure de saisir les occasions de s’impliquer dans plusieurs aspects de l’apprentissage en milieu de travail.

L’étude antérieure la plus pertinente à notre sujet s’est intéressée aux relations entre la syndicalisation et la participation à diverses activités d’éducation aux adultes. Les conclusions des études antérieures sont réévaluées et leur absence de cohérence est attribuable avant tout à l’échantillonnage et aux différences au plan de la définition des concepts. En réalité, il n’y a pas eu de recherche empirique antérieure sur l’autorité déléguée aux travailleurs sur les lieux de travail et sur l’apprentissage lié à l’activité de travail.

L’analyse empirique effectuée ici est principalement basée sur une enquête canadienne sur l’activité de travail et la formation continue (voir <www.wallnetwork.ca>), la seule enquête à ce jour à se centrer sur l’éducation formelle et informelle des adultes. C’est une étude détaillée qui s’intéresse également au statut syndical et au rôle de décideur organisationnel. Les résultats sont analysés en regard de ceux d’une enquête de l’année 1998 portant sur l’éducation des adultes et l’apprentissage informel qui retenait aussi le statut syndical. L’analyse concerne des employés d’exécution dont l’âge varie entre 25 et 64 ans. En plus de l’analyse de l’enquête canadienne sur l’activité de travail et la formation continue, nous avons aussi pris en compte des données provenant de l’Enquête sur l’éducation et la formation des adultes de Statistique Canada de 2003 ainsi que des enquêtes pertinentes du Royaume-Uni et de la Californie.

Ces analyses démontrent l’effet positif et récurrent de l’appartenance syndicale sur la participation à l’éducation des adultes. La participation à la prise de décision organisationnelle exerce également un effet positif et important sur la participation à l’éducation des adultes. Peut-être, et c’est ce qui apparaît le plus significatif, ces effets sont-ils cumulatifs : les membres des syndicats qui ont une délégation d’autorité sur le lieu de travail présentent les taux de participation les plus élevés, alors que les membres non syndiqués sans autorité déléguée ont les taux les plus bas. Ces observations demeurent significatives lorsqu’on tient compte des variables telles que le degré atteint en éducation des adultes, l’âge et d’autres variables de contrôle.

L’apprentissage spontané et volontaire est beaucoup plus répandu que l’éducation formelle des adultes et échappe aux contraintes des relations de pouvoir institutionnel. Cependant, quelques aspects de l’apprentissage spontané sur le tas semblent entretenir une relation significative avec le pouvoir des travailleurs. Les membres d’un syndicat sont plus susceptibles de s’impliquer dans une activité d’apprentissage dont les enjeux sont la santé et la sécurité aussi bien que la politique interne, alors que ceux qui ont une fonction d’autorité déléguée sont plus susceptibles de s’adonner à des activités d’apprentissage liées à l’acquisition d’habiletés managériales et organisationnelles; deux modèles qui sont tout à fait prévisibles en termes de dispositions faisant l’objet d’une négociation avec le syndicat et en termes d’une prise de décision de caractère organisationnel. Mais l’appartenance syndicale et également les fonctions liées à une délégation d’autorité sur les lieux de travail ont des effets positifs sur l’apprentissage informel qui consiste à se tenir à jour dans son domaine occupationnel, et ces effets sont cumulatifs. Les membres d’un syndicat qui exercent des fonctions d’autorité déléguée présentent le taux de participation le plus élevé dans un effort de maintenir à jour leurs connaissances en lien avec leur occupation.

L’hypothèse de base d’une association positive entre le pouvoir des travailleurs et une plus grande propension à l’apprentissage volontaire est en règle générale confirmée. Les implications de ces observations doivent être envisagées dans le contexte général canadien d’un déclin de la densité syndicale et de l’augmentation de l’implication des travailleurs dans des formes limitées de prise de décision organisationnelle, de même qu’en tenant compte de l’insuffisance de données sur les changements récents dans les taux de participation à l’éducation des adultes chez les travailleurs non cadres. Les conclusions fondamentales de cette étude, tout comme les comparaisons internationales, laissent croire que dans les établissements où les syndicats sont bien accueillis et où l’implication des travailleurs dans la prise de décision organisationnelle est encouragée, l’apprentissage volontaire chez les travailleurs est susceptible d’atteindre un sommet. Ces conclusions fournissent des points de repère pour l’éclosion d’études sur l’apprentissage sur le tas au moment où le travail de traitement de l’information et la formation continue deviennent le noyau de la vie économique.

Resumen

Poder de los trabajadores y aprendizaje voluntario de los trabajadores non cuadros

Una encuesta de referencia efectuada en 2004

Este documento explora las relaciones de poder de los trabajadores, en términos de sindicalización y autoridad de los delegados de base, con la incidencia de participación en la educación de adultos y las actividades informales de aprendizaje relacionadas al trabajo. El análisis empírico se basa principalmente en la primera encuesta canadiense que documenta los aspectos de poder laboral y aprendizaje formal e informal. El presente estudio focaliza los empleados de 25 a 64 años sin puesto directivo. Los resultados de esta encuesta efectuada en 2004, así como los análisis secundarios de otras encuestas pertinentes, confirman que la membrecía sindical esta consistentemente relacionada a la participación a la educación de adultos y a algunos tópicos de aprendizaje informal. La autoridad de los delegados de base tiene también efectos positivos sobre la educación de adultos y sobre algunos tópicos del aprendizaje informal. Aunque la autoridad de los delegados de base no está relacionada a la sindicalización, su efecto positivo en el aprendizaje voluntario de los trabajadores es aditivo. Se discuten las implicaciones de estos resultados para investigaciones ulteriores y para la optimización del aprendizaje en medio laboral.