Accueil » 10-1 ( 1954) » Supervisors' Incentives and Job Satisfaction

Supervisors' Incentives and Job Satisfaction

C.-Rodrigue Giroux

Abstract

In the surveys made on the problem of job satisfaction, nobody has really questionned the necessity or the kind of relationship which should exist between the criterion and the attitude response. All the items of an attitude survey should be weighed according to their relative importance if the questionnaire is to be validated. Is there a relationship between the amount of satisfaction received from a group of incentives and the importance attributed to those incentives ? Can the present theories of human motivation explain that relationship ? The purpose of this study is an attempt to answer'the above questions. The author did it investigating operationnally for supervisors the kind of relationship which exists between the satisfaction received from certain incentives and the importance attributed to them.

Résumé

Les contremaîtres et la satisfaction au travail

La présente recherche avait un but pratique et un but théorique. D'abord, il fallait mesurer combien les contremaîtres sont satisfaits de certains aspects de leur travail et évaluer à quel point cette satisfaction influence l'importance qu'ils attribuent à ces mêmes aspects. Ensuite, il s'agissait de vérifier si les théories actuelles de la motivation humaine ont une certaine valeur quand elles sont appliquées à des situations concrètes.

Vingt compagnies acceptèrent de coopérer à la première phase de cette recherche. Deux cents contremaîtres remplirent un questionnaire initial d'une page, où ils avaient décrit ce qu'ils entendaient par un poste de contremaître idéal. Le matériel obtenu par ce premier sondage fut analysé afin d'en classifier le contenu. Par la suite, une liste de 51 item fut construite. Vingt-neuf item furent appelés item personnels parce qu'ils sont liés à la satisfaction personnelle de l'individu: reconnaissance pour un travail bien exécuté, sécurité financière, etc. Vingt et un item furent appelés item de compagnie parce que la satisfaction qu'ils expriment dépend de l'efficacité de l'organisation: inspection des produits, entretien des machines, etc.

Ces 51 item servirent à construire deux tests différents. Le premier test était un questionnaire auquel les contremaîtres devaient répondre en indiquant à chacun des 51 item s'ils étaient très satisfaits, modérément satisfaits ou non satisfaits. Le deuxième test consistait en 102 cartes d'IBM sur lesquelles étaient imprimées des paires d'item. Les mêmes item que ceux du questionnaire avaient été comparés entre eux selon la méthode des paires comparées. Une différente paire d'item étaient imprimée sur chaque carte. Le contremaître devait y répondre eh marquant un "X" sous l'item jugé le plus important pour son travail.

Dans la deuxième phase de la recherche, on envoya les questionnaires et les cartes à 576 contremaîtres de 48 compagnies. Sur ce nombre 339 contremaîtres répondirent. Les questionnaires furent séparés en deux groupes: primaire et secondaire.

Une double analyse d'item fut appliquée au groupe primaire. Seize item personnels et treize item de compagnie survécurent à cette analyse. Le groupe secondaire servit à déterminer la fiabilité de ces deux groups d'item. Elle se situait à.91 pour les 16 item personnels et à.80 pour les 13 item de compagnie. La corrélation de.49 entre ces deux sortes d'item suggérait une variance commune de.24 (en d'autres termes seulement 25% du même facteur est mesuré communément par ces deux sortes d'item).

Le groupe secondaire fut subdivisé en quatre groupes selon le total des points accordés pour les réponses aux deux sortes d'item du questionnaire. Les cartes d'IBM correspondant aux quatre sous-groupes furent combinées séparément. Ces cartes mesuraient l'importance relative attribuée aux 51 item. Pour chaque item quatre cotes furent calculées selon le total des points des quatre sous-groupes. Les quatre cotes des 51 item furent comparée entre elles simultanément; il en résulta un coefficient de concordance de.85. Un tel accord entre quatre sous-groupes qui éprouvaient des sentiments de satisfaction si différents, indiquait que ces sentiments de satisfaction avaient eu peu d'influence sur l'importance relative attribuée aux 51 item.

Après la réunion des sous-groupes, on calcula deux séries de cotes dont l'une se basait sur les questionnaires (satisfaction) et l'autre sur les cartes (importance). Aucune corrélation n'apparut entre ces deux séries. Par la suite une seule échelle d'importance fut construite pour tous les item.

La présente recherche donna les conclusions suivantes:

  1. Il ne semble pas y avoir de relation bien établie entre le facteur satisfaction et le facteur importance.

  2. Les théories actuelles sur la motivation humaine ne semblent pas fournir d'explications adéquates sur le comportement humain tel qu'étudié ici.

  3. A cause de sa grande stabilité, l'échelle d'importance des 51 item peut être considérée comme représentative de la pensée de la majorité des contremaîtres.

  4. Cette échelle peut servir à orienter l'entraînement des contremaîtres et le questionnaire à évaluer leur moral.