Accueil » 21-3 ( 1966) » The Development of Canadian-American Trade Union Relations: Some Conclusions

The Development of Canadian-American Trade Union Relations: Some Conclusions

C. Brian Williams

Abstract

On one hand, binational trade unionism seems to be the product of three features in Canadian-American economic relations: international trade, labor migration and American investments in Canada. On the other hand, the origin of Canadian unionism and conflicts within can be explained by economic nationalism, by a commitment to the teachings of the Church in Québec and by an opposition to the AFL-type of craft unionism outside Québec. The boundary issue is irrelevant to the explanation of both phenomenas. In this article, the author has gathered some evidence which tends to support those hypotheses.

Résumé

Quelques conclusions sur le développement des relations inter-syndicales Canada-États-Unis

Le phénomène d'un syndicalisme binational qu'on retrouve seulement au Canada a toujours été une source de conflit au sein du mouvement ouvrier canadien ; en particulier, chez les militants qui soutenaient la thèse d'un syndicalisme exclusivement canadien, soustrait à la dépendance des Etats-Unis.

LA STRUCTURE SYNDICALE CANADIENNE : LES CAUSES

Les facteurs qui peuvent expliquer l'origine et la persistance d'un syndicalisme binational diffèrent passablement de ceux qui peuvent rendre compte des rivalités internes au sein d'un syndicalisme exclusivement canadien.

L'expansion du marché des produits, la migration des travailleurs, les investissements américains au Canada, la croissance rapide du syndicalisme américain sont autant de facteurs qui présidèrent au développement du syndicalisme binational. Par ailleurs, les rivalités internes au sein du syndicalisme ouvrier canadien seraient le résultat de diverses influences comme la montée du nationalisme économique, la diffusion de l'enseignement social de l'Eglise et l'opposition au syndicalisme de métier tel que conçu par la Fédération Américaine du Travail.

Pour retracer les causes de l'apparition et du développement d'un syndicalisme binational nous avons fait l'étude des dossiers des industries et syndicats suivants :

                    Compagnies                              Syndicats

Canadian Iron Foundry Industry             International Molders and Allied

                                                         Workers' Union of North America (1860-85)

Canadian Coal Industry                        United Mines Workers of Canada

                                                         (1900-1960)

Canadian Pulp and Paper Industry         United Paper Makers and Paper

                                                        Workers (1910-45)

Après un examen des archives qui relatent les débuts des relations syndicat-direction dans ces secteurs industriels, cinq causes principales énumérées plus haut peuvent expliquer l'origine et l'évolution du syndicalisme binational et de son opposé, le syndicalisme exclusivement canadien. Cependant, le degré d'influence de chaque cause varie d'une industrie et d'une région à l'autre.

LE SYNDICALISME AMÉRICAIN ET SES INTÉRÊTS AU CANADA

Les adversaires d'un syndicalisme binational soutenaient l'idée que les unions américaines oeuvraient au Canada dans le but de promouvoir les intérêts de leurs industries aux Etats-Unis. Ils affirmaient, par exemple, que les unions sous domination américaine pouvaient influencer les coûts de production des produits fabriqués au Canada. Ainsi, ces unions pouvaient à la fois, sauvegarder le marché canadien pour des produits d'importation américaine et préserver le marché américain pour des produits fabriqués dans ce pays. L'analyse des archives démontre que ce mode de pensée est incompatible avec la conception d'un syndicalisme national aussi bien que binational.

De plus, ce genre d'argumentation laissait croire que le syndicalisme américain, à quelque moment que ce fût, a reconnu la menace concurrentielle de l'industrie canadienne et s'est dirigé vers le nord pour lancer une campagne d'organisation en territoire canadien. Dans la mesure où les trois cas étudiés sont représentatifs, il n'existe pas d'évidence pour en arriver à une telle déduction. Le syndicalisme binational n'est pas le produit d'un mouvement ouvrier américain déterminé à dominer l'industrie et les travailleurs canadiens, mais plutôt le produit de leaders ouvriers américains et canadiens qui ont développé une conscience mutuelle des faiblesses d'un syndicalisme canadien et américain séparé.

CONTROVERSES AU SEIN DU MOUVEMENT OUVRIER CANADIEN ET AMERICAIN

Trois types de controverses ont accentué le conflit au sein du syndicalisme nord-américain :

a)Grief contre le syndicalisme binational

Ce premier type de difficultés a pris naissance dans les relations entre des organismes syndicaux subordonnés (les locaux canadiens) et des organismes supérieurs (l'union binationale). Ce fut une protestation locale sur la façon dont les règles et règlements étaient appliqués par l'union binationale.

b)Le type de syndicalisme conçus par la FAT

La mésentente portait sur la doctrine de la représentation exclusive prônée par la Fédération américaine du Travail, sur l'accent mis sur le syndicalisme d'affaires, et le refus d'organiser le nombre sans cesse grandissant des travailleurs semi et non spécialisés.

c)Les intérêts économiques du monde syndical canadien et américain

Quand une institution à caractère économique, telle qu'une union binationale, transcende la sphère des juridictions politiques distinctes, la probabilité d'un conflit entre les juridictions sur le plan des intérêts économiques est grande. L'histoire des relations syndicales canado-américaines offrent de nombreux exemples de ce genre de conflit.