Accueil » 24-4 ( 1969) » The Social Objectives of Economic Development

The Social Objectives of Economic Development

Kalmen Kaplansky

Abstract

The author summarizes the l.L.O.'s technical co-operation activities and their evolution from the early 1930's until the present time by highlighting some of the main topics and making a few supplementary observations.

Résumé

Les objectifs sociaux du développement économique

NATURE ET ÉTENDUE DE L'ASSISTANCE TECHNIQUE DE L'O.I.T.

L'Organisation internationale du travail a grandement changé dans les vingt dernières années. Alors qu'avant la guerre, elle recrutait ses effectifs parmi les pays fortement industrialisés d'Europe et d'Amérique, elle compte aujourd'hui plus de la moitié de ses membres parmi les pays en voie de développement. On comprend alors pourquoi son programme d'action a changé : en plus de vouloir protéger les travailleurs des inconvénients de l'industrialisation, l'O.I.T. se propose de favoriser le développement économique par la formation de travailleurs et de cadres compétents.

Cette formation, l'O.I.T. cherche à la fournir non seulement au côté patronal, mais également au leadership syndical et aux fonctionnaires gouvernementaux des ministères du travail et des affaires sociales des pays en voie de développement.

POURQUOI L'O.I.T. EST-ELLE IMPLIQUÉE DANS CE TRAVAIL ?

« Le refus par un pays de favoriser l'établissement de conditions humaines de travail est un obstacle sérieux pour les autres pays qui cherchent à améliorer les conditions de travail à l'intérieur de leurs frontières ». Ceci est en fait le principe de base du Code international des normes de travail dont l'O.I.T. favorise l'adoption par les différentes autorités gouvernementales dans le but de promouvoir le changement social et économique. Comme corollaire de ce principe, l'O.I.T. croit fondamentalement qu'il ne peut y avoir de paix universelle sans qu'il y ait une justice sociale universelle et que la finalité du développement économique est l'épanouissement de l'homme tant sur le plan spirituel, culturel que matériel.

UNE NOUVELLE ORIENTATION

La stratégie de développement proposée pour les années 1970 reflète un certain changement d'attitudes et d'orientations. On abandonne l'hypothèse que le progrès économique est nécessairement suivi d'une amélioration des conditions de vie pour poursuivre des objectifs tels l'éducation, l'emploi et un niveau de mortalité plus bas.

L'expérience a amené l'O.I.T. à croire qu'une approche internationale « concertée » est indispensable à la solution des problèmes de développement économique. C'est le défi que toutes les nations du monde auront à relever dans les dix prochaines années. Ce défi tient surtout au fait qu'il y a une tendance marquée depuis vingt ans à ce que le niveau d'emploi accuse un retard de plus en plus grand malgré la croissance économique. Ceci laisse donc entrevoir un effort encore plus grand de formation pour les années 70.

La présente approche générale au problème du développement est, selon nous, trop traditionnelle. La stratégie employée ne vas pas assez loin. On ne peut rien faire en ce domaine sans la participation active des gens impliqués. C'est pourquoi on doit créer des motivations favorables au développement.

L'APPROCHE TRADITIONNELLE EST-ELLE UTILE ?

Historiquement, le développement des pays maintenant hautement industrialisés a pris la forme d'un glissement graduel des travailleurs du primaire vers le secondaire et le tertiaire, glissement accompagné d'une urbanisation toujours plus grande. On considérait alors le chômage comme la rançon des cycles de la croissance économique. Les modèles théoriques et les techniques de planification du développement reflètent encore aujourd'hui cette façon de penser.

Les projections faites pour les dix prochaines années mettent sérieusement en doute l'utilité de cette approche surtout parce que l'emploi devient l'objectif de base sur lequel s'appuie le développement et qu'on ne peut pas s'attendre à des changements structurels majeurs à l'intérieur des pays en voie de développement.

CONCLUSION

L'expérimentation de cette nouvelle approche du développement économique

devra être appuyée, pour qu'elle réussisse, par les pays supporteurs d'une part et

devra être, d'autre part, l'occasion d'une participation active des pays récipiendaires.

La coopération économique des pays en voie de développement offre un défi intéressant pour le Canada et les canadiens.