Accueil » 33-2 ( 1978) » Industrial Relations Education in Canada: The Perspective of Vocational/Technical Educators

Industrial Relations Education in Canada: The Perspective of Vocational/Technical Educators

Abstract

This paper discusses the relevancy of industrial relations education in the formal education Systems in Canada, and through analysis of a survey of vocational and technical educators, examines their perceptions of IR education in Canada generally, and in vocational/technical institutions specifically.

Résumé

L’enseignement des relations professionnelles au Canada

Des cours sont à la disposition des militants syndicaux pour leur faciliter la compréhension des questions se rapportant aux relations du travail et pour leur permettre d'acquérir une certaine compétence dans ce champs d'activité, mais les programmes scolaires réguliers n'en offrent guère aux travailleurs en général.

La littérature sur le sujet enseigne que, pour être efficace dans le monde du travail, les salariés doivent avoir la possibilité de connaître les institutions et les valeurs qui actionnent l'économie. Ceci est vrai tant en ce qui a trait à la formation professionnelle proprement dite qu'à la façon dont ces connaissances sont utilisées par chacun. Les décisions touchant les relations de travail peuvent être améliorées, présume-t-on, par la compréhension de la société à l'intérieur de laquelle ces décisions sont prises.

D'une façon générale, selon la perception qu'ont les professeurs d'enseignement technique et professionnel, on n'accorde que peu d'attention à l'enseignement des relations de travail. Cela est surtout vrai dans le secteur de la formation professionnelle et technique, tel que le démontre une enquête faite parmi les membres de l'Association canadienne de la formation professionnelle.

Parmi les constatations les plus significatives de cet enquête, on peut signaler les suivantes :

1° La majorité des répondants estiment que les écoles secondaires devraient assumer la responsabilité première en matière d'enseignement des relations de travail et les écoles post-secondaires ainsi que les corps intermédiaires, soit les syndicats et les associations d'employeurs, devraient jouer un rôle de suppléance.

2° Trente-deux pour cent d'entre eux considèrent que leur institution donne une formation adéquate en cette matière, tandis que les trois-quarts répondent qu'elle devrait dispenser cet enseignement.

3° Les obstacles à l'enseignement des relations de travail réfléchissent la nature controversée de ces questions et le manque de ressources (temps, argent, matériel didactique) disponibles pour le traiter convenablement.

Étant donné le manque de formation en matière de relations de travail et les obstacles qui s'y opposent, ne serait-il pas souhaitable que cet enseignement soit incorporé dans les programmes en prenant soin d'y insérer toute la gamme des valeurs et d'intensifier les connaissances spécialisées à mesure que le cours progresse vers sa phase terminale.