Accueil » 34-1 ( 1979) » Absenteeism and Labour Turnover in Selected Ontario Industries

Absenteeism and Labour Turnover in Selected Ontario Industries

Gordon Robertson

Abstract

The primary objective of this survey is therefore to collect enough data to in order that comparisons of absenteeism and labour turnover can be made within various regions and industries in Ontario. The study also provides general information on the extent, nature and relative importance of various human problems.

Résumé

Absentéisme et roulement de la main-d’oeuvre dans certaines industries ontariennes

Les employeurs considèrent l'absentéisme et le roulement de la main-d'oeuvre comme un des plus sérieux problèmes des relations du travail qui puissent affecter les entreprises en Ontario. C'est ce qu'indique une enquête récente du ministère du travail de cette province.

Bien qu'elles soient conscientes du caractère grave de ces problèmes, bien peu d'entreprises compilent actuellement des statistiques sur l'absentéisme et le roulement de la main-d' oeuvre. Moins de vingt-cinq pour cent d'entre ellesont cherché à en découvrir les causes profondes et moins de dix pour cent ont pris des mesures pour les circonscrire.

Le premier objectif de cette enquête était d'accumuler des données sur l'ampleur de l'absentéisme et du roulement de la main-d'oeuvre grâce auxquelles les entreprises pouvaient individuellement échanger leur expérience sur ces deux problèmes importants. L'étude fournit aussi des renseignements sur l'étendue, la nature et l'impact relatifs de ces « problèmes humains » dans l'industrie.

Se fondant sur les données recueillies, il est possible de dégager un certain nombre d'observations générales. En premier lieu, étant donné leur seule ampleur et la perception que les employeurs ont de leur gravité, il est évident que l'absentéisme et le roulement de la main-d'oeuvre sont des problèmes sérieux et passablement hors de contrôle pour une proportion significative des répondants.

En second lieu, parce que cette situation est courante dans toutes les régions et toutes les industries, la nature des problèmes diffère considérablement, en particulier d'une industrie à l'autre. Par exemple, une bonne part de l'activité économique reposant sur les industries primaires s'effectue dans des régions isolées et est sujette à des fluctuations saisonnières et cycliques considérables. Par contre, la plupart des industries de transformation et les services se trouvent dans les districts urbains et ils sont moins touchés par ces deux facteurs.

Finalement, tandis qu'il est évident que ces problèmes tendent à devenir de plus en plus marqués dans certaines régions de la province et dans certaines industries, le grand écart des taux d'absentéisme et de virement de la main-d'oeuvre parmi les établissements d'une région donnée ou d'un groupe d'industries semble indiquer qu'une bonne part des difficultés se posent aux établissements considérés individuellement.

Cette constatation présente un état d'inquiétude particulier lorsqu'on l'oppose à la perception qu'ont les employeurs des causes profondes et des solutions qu'ils proposent à l'absentéisme et au roulement de la main-d'oeuvre. Alors qu'un certain nombre d'entreprises se rendent compte que les conditions d'emploi, les taux de salaires, les types de direction etc. favorisent l'absentéisme et le roulement de la main-d'oeuvre, beaucoup d'autres considèrent qu'ils sont la résultante de facteurs qui leur échappent, y inclus un manque d'éthique professionnelle et les problèmes personnels de leurs employés. Cette attitude se traduit par le manque d'action concrète pour les circonscrire et les résoudre.

Même si les cadres de cette enquête ne vont pas jusqu'à démontrer jusqu'à quel point ce problème relatif aux ressources humaines peut être corrigé par les employeurs, la diminution des taux d'absentéisme et de roulement de la main-d'oeuvre obtenue par les entreprises qui ont pris des mesures pour améliorer les conditions de travail et le climat de l'établissement indiquent que beaucoup de progrès pourrait s'accomplir si les employeurs apportaient plus d'attention et plus de soin à l'administration des ressources humaines.