Accueil » 34-1 ( 1979) » Labour Hoarding and the Wage Share: Test of a Hypothesis

Labour Hoarding and the Wage Share: Test of a Hypothesis

Gérard Marion et Byron G. Spencer

Abstract

The authors seek to build on the work of Bail and St. Cyr, Smith and Ireland, Solow, and others, in order to estimate the assessment of labour hoarding and test the relationship between labour hoarding and the wage share.

Résumé

La réserve de travail et l’évolution cyclique de la part du travail

On observe généralement que les parts distributives du revenu national varient selon la conjoncture. En particulier, la part des profits a tendance à suivre le cycle économique, alors que celle des salaires subit des changements contra-cyclique.

Soit la relation suivante :

W               w        E

__   =        __  .  __      , où

y                P          Q

W, représente la masse nationale des salaires; Y, le revenu national nominal; w, le taux de rémunération, p, un indice de prix; Q, la production en volume; E, l'emploi.

Partant de la constatation que w/p est plus stable, en courte période, que E/Q, certains chercheurs ont conclu que les changements dans E/Q sont à l'origine de l'évolution contra-cyclique de la part salariale. Comme E/Q est la réciproque de la productivité, il suit que l'évolution de la part salariale doit également refléter les changements de productivité. Mais pour qu'il en soit ainsi, celle-ci devrait alors croître dans les périodes de haute conjoncture et décroître dans les phases descendantes du cycle économique. Pourtant cette conclusion ne va pas dans le sens de la théorie de la productivité marginale de la répartition.

Dans une tentative pour résoudre cette contradiction R.M. Solow suggère que l'existence d'une réserve de travail, élevée en période de baisse et faible en période de forte conjoncture, donnerait à E/Q une allure contra-cyclique et expliquerait par le fait même la tendance de la part salariale, W/Y, à baisser lors des périodes de reprise économique et à augmenter lors d'un déclin de la conjoncture.

                 1         ot         1

            - ___    - ___        ___

E*   =   A   y   e   y   Qt  y

où o- est la base des logarithes naturels, p, y, A des paramètres et r une variable de tendance; également une fonction d'ajustement de court-terme,

E t           E*t

___    =   (_____)λ

Et – 1     Et-1

où X est le coefficient d'ajustement de courte période

Ln Et=∂0+∂1 Ln Qt +∂ 2 Ln    E    - +∂3 T

                                              ____

                                              t- 1

où∂ 0 = constance

1

     ___

       γ

2 = 1 – λ

3 = λ

     (___)

        γ

Les résultats de notre étude sont à l'effet que la réserve de travail est un important facteur d'explication de l'évolution cyclique de la part du travail. Nous ne nous prononçons pas sur l'hypothèse que la rigidité des salaires à la baisse pourrait être une cause de changements dans la répartition des revenus, nous donnons cependant à l'emploi un rôle important dans les variations de court terme des parts distributives.