Accueil » 35-2 ( 1980) » The Union Wage Effect Re-Examined

The Union Wage Effect Re-Examined

Dennis Maki et Sandra Christensen

Abstract

In this paper, the authors extend the literature on union wage effect in two ways. They use aggregate industry data in a simultaneous-equations model to provide an estimate for the union wage effect in Canada which recognizes the endogenity of union coverages. And they suggest a possible cause for the difference in results obtained for the U.S. by Ashenfelter and Johnson, on the one hand, and Kahn on the other.

Résumé

Le syndicalisme et les salaires : un réexamen de la théorie

La raison première de cet article provient d'une étude d'Ashenfelter et de Johnson (1972) dans laquelle ils énonçaient ce qui suit: 1° le modèle simple d'équation salariale, typiquement utilisée pour mesurer l'effet des syndicats sur les salaires, est inexact à cause de la présence de variables endogènes parmi les variables explicatives; 2° l'effet présumé des syndicats sur les salaires est de peu d'importance et sans signification quand il est obtenu à partir d'un modèle d'équation simultanée plus précis. Les résultats de notre étude confirment la première proposition, mais ils démontrent la fausseté de la seconde.

Nous avons trouvé une preuve solide de dépendance réciproque entre le taux des salaires et deux de ses variables explicatives, soit la présence de syndicats et la qualité du travail. Cependant, le fait de tenir compte de cette double dépendance ne réduit pas l'effet présumé de l'existence des syndicats à néant. Au contraire, nous persistons à déceler que les salaires conventionnels ont un effet considérable etsignificatif. Les résultats de notre évaluation indiquent que le salaire moyen des travailleurs de la production dans les industries manufacturières est supérieur à 4.2 pour cent en regard d'une différence de 0.10 dans le degré de pénétration syndicale (celle-ci étant la proportion de tous les travailleurs de la production liés par une convention collective de travail). Les résultats que nous avons obtenus indiquent aussi une différence de 51 pour cent entre les salaires conventionnels et les autres, mais l'exactitude de cette estimation dépend, et cela d'une façon décisive, de l'exactitude avec laquelle nous pouvons établir le salaire moyen dans une industrie où il n'y a pas de syndicat. Parce que notre échantillon n'inclut pas de telles industries et ne contient en réalité que trois industries (sur 40) où le taux de syndicalisation est inférieur à 50 pour cent, nous avons peu de confiance dans notre estimation pour la différence d'ensemble.

Les résultats d'une évaluation supplémentaire ont été obtenus dans un effort pour découvrir les raisons d'estimations disparates de l'effet du salaire conventionnel dans la présente étude et dans des études antérieures aux États-Unis et au Canada. Quoique ces résultats ne soient pas bien précis, il semble que les différences dans la spécification du modèle, les industries sélectionnées et l'ampleur de l'échantillon peuvent tous en être responsables. Cependant, les résultats auxquels nous sommes arrivés étaient solides dans toutes les expérimentations variées que nous avons tentées. Nous soupçonnons, bien que nous n'ayons pu le vérifier à partir des données dont nous disposions, que la cause principale de la disparité dans les estimations de l'effet du salaire conventionnel obtenues jusqu'ici réside dans les différents niveaux d'agrégation sur lesquels les diverses évaluations ont été fondées.