Accueil » 38-3 ( 1983) » Shop Stewards, Workers and Managers in Israëli Industry

Shop Stewards, Workers and Managers in Israëli Industry

Shlomit Kaminka et Eliezer Rosenstein

Abstract

This paper describes and analyses the place of the shop steward committee in the constellation of relationships at the workplace and pays special attention to the relations between the shop steward committee and the workers.

Résumé

Les délégués d’atelier, les travailleurs et les employeurs dans les usines en Israël.

Le présent article décrit et analyse la fonction du Comité des délégués du personnel dans les relations professionnelles au niveau de l'établissement, tout en accordant une attention particulière aux relations entre les membres du comité et les travailleurs. L'importance de cette question est très grande en l'absence de recherches qui contribueraient à la compréhension de la nature des relations qui prévalent entre le Comité des délégués du personnel et les travailleurs qu'il représente. Semblables à ceux qu'on retrouve en Angleterre, les comités de délégués du personnel en Israël représentent directement les travailleurs sur les lieux du travail et constituent la base même du syndicat national.

Dans cette étude qui a porté sur la situation en Israël, on a choisi un échantillon de soixante-dix établissements et on a analysé dans chacun d'entre eux les relations entre les trois groupes suivants: les comités de délégués du personnel, les travailleurs et les employeurs ou la direction.

L'étude des relations mutuelles entre ces groupes s'est appuyée sur des critères objectifs fondés sur deux ordres de rapport: soit l'opinion qu'ils ont les uns des autres qui se manifeste par l'expression de la confiance et de la satisfaction dans leurs relations, soit les contacts, c'est-à-dire la fréquence des communications entre les groupes, tels qu'ils étaient perçus par chacun d'eux.

Les relations mutuelles entre chacun de ces groupes se définissent comme davantage positive lorsque l'expression de leurs opinions est également davantage positives, lorsque leurs contacts sont plus fréquents et lorsque la réciprocité des opinions et la perception qu'ils ont de la fréquence de leurs contacts est plus grande.

Les constatations de l'étude qui se rapportent aux relations existant entre les comités des délégués du personnel et les travailleurs tendent à démontrer la distance qu'il y a dans les relations entre les travailleurs et le Comité qui les représente. Ce fait se manifeste par l'opinion très négative des travailleurs à l'endroit du Comité, par le peu de communications formelles qui existe entre eux et par le large fossé qui les sépare.

Les constatations relatives aux relations entre le Comité des délégués du personnel et les employeurs donnent l'impression d'une réciprocité plus grande d'opinions et de l'existence de contacts plus suivis entre eux.

L'antagonisme qui se manifeste dans les relations entre les travailleurs et les employeurs montre que les points de vue des travailleurs à l'égard des employeurs se rapprochent de ceux qu'ils expriment à l'endroit du Comité des délégués d'atelier.

L'analyse des relations mutuelles entre les trois groupes traduit l'isolement des travailleurs dont les relations distantes avec les employeurs sont similaires en tous points à l'opposition qui existe entre eux et le Comité des délégués du personnel.

En guise de récapitulation, on peut tirer la conclusion que, apparemment, on se trouve en présence de trois organismes au sein de l'établissement: les travailleurs, les membres du Comité des délégués du personnel et la direction. Ainsi, le Comité et les travailleurs n'étant pas considérés comme faisant partie d'un seul et même groupe. Les constatations tirées de cette étude soulèvent des doutes relativement au rôle des comités en tant que canaux de communication entre les travailleurs et la direction. Il est difficile pour les comités des délégués du personnel de jouer ce rôle lorsqu'il y a rupture dans la chaîne de communication entre eux et les travailleurs. Il est possible que les constatations de l'étude, qui montrent des liens de parenté dans les relations entre le Comité et la direction, soient la résultante des modes de comportement qui se sont créés entre eux avec le temps au cours des réunions même si leurs intérêts sont en conflit. Cette analyse, dont les constatations mettent en lumière la distance qui existe entre les comités des délégués du personnel et les travailleurs peut éventuellement faire prendre conscience de l'état des relations entre ces trois groupes et contribuer à l'établissement d'une forme de représentation qui soit proche des travailleurs.