Accueil » 40-3 ( 1985) » Asbestos Exposure and Attitudes Toward Occupational Health

Asbestos Exposure and Attitudes Toward Occupational Health

Gene Swimmer et Sally P. Luce

Abstract

This paper is concerned with the factors affecting the attitudes of workers who manufacture Asbestos products toward occupational health issues.

Résumé

Les syndicats, les employeurs et les gouvernements recherchent les moyens de diminuer les risques de maladie chez les personnes qui manipulent des substances dangereuses. La façon la meilleure de mettre en vigueur des mesures réglementaires efficaces repose sur la compréhension des attitudes des travailleurs à l'endroit de l'hygiène industrielle.

En 1981, le gouvernement de l'Ontario institua une commission royale d'enquête sur les questions de sante et de securite se rapportant à l'utilisation de l'amiante. Une des études de recherche portait sur un relevé des attitudes des travailleurs. Le présent article est une nouvelle analyse des données de cette étude.

Les principales hypothèses considérées ne sont pas étrangères à l'âge des travailleurs et aux facteurs de durée que l'âge représente. En matière d'hygiène industrielle rattachée aux substances dangereuses comme l'amiante, le temps est un facteur important. Des conditions de travail améliorées qui assurent des normes d'exposition plus sécuritaires ne signifient pas nécessairement un meilleur bilan de sante chez les travailleurs. Les maladies reliées à l'amiante se contractent après nombre d'années d'exposition. En conséquence, les travailleurs âges peuvent ne pas être aussi intéresses à l'amélioration des conditions d'hygiène industrielle que les employés plus jeunes.

L'âge indique à la fois la durée de l'exposition et le temps qui reste à un travailleur pour tirer avantage de meilleures conditions de travail. Aussi, nous pouvons admettre comme hypothèse que les travailleurs âges se montreront satisfaits du régime actuel de sante et de sécurité et ne seront pas enclins à sacrifier leurs revenus et la sécurité d'emploi pour bénéficier d'une exposition moindre à l'amiante.

C'est par des entrevues personnelles que l'on a pu vérifier le comportement des employés de trois fabriques de coussinets de freins en Ontario. La plupart des répondants étaient satisfaits du régime mixte actuel de responsabilité et des parties qui y participaient (syndicats, gouvernements et employeurs). Une minorité des travailleurs désiraient renoncer à une part de salaire pour obtenir de meilleures conditions d'hygiène et de sécurité.

Ces hypothèses ont reçu un certain appui dans les analyses de régression corrélatives et multiples. L'âge était corrélatif avec les indices mis au point concernant les questions se rapportant à la satisfaction du régime actuel et au désir de nouvelles mesures: les travailleurs âges étaient davantage satisfaits du régime actuel et moins désireux de sacrifier certains avantages pour obtenir une exposition moindre à l'amiante dans l'avenir. L'expérience personnelle concernant le danger de l'amiante a une influence marquée sur les comportements, ce qui entraine moins de satisfaction pour la responsabilité mixte et un plus grand désir de payer le prix qu'il faut afin d'être moins expose aux dangers de la fibre.

Les analyses de régression révélaient des relations similaires entre les deux indices. Cependant, le résultat n'était pas aussi apparent dans l'indice de substitua lite. L'ensemble de l'enquête démontre que l'âge peut être un facteur important sur la perception que les employés ont du régime de responsabilité mixte et de l'empressement qu'ils mettent à renoncer à certains gains pour décrocher de meilleures conditions d'hygiène. Si l'hygiène industrielle était délaissée à la négociation collective, la présence des travailleurs âges à des postes d'influence dans les syndicats aurait pour conséquence de donner moins de priorité aux questions d'hygiène industrielle.