Accueil » 48-2 ( 1993) » Employers Perceptions of the Re-employment Barriers Faced by Older Job Hunters

Employers Perceptions of the Re-employment Barriers Faced by Older Job Hunters

Kevin J. Gibson, Wilfred J. Zerbe et Robert E. Franken

Abstract

This study analyzed responses from 651 employers to the question: « What is the major reason why the mature unemployed so often have difficulty finding work? » Five major barriers that limit the re- employment opportunities of older job hunters were identified from employer's responses. Each of the barriers to re-employment is described in terms of the accuracy of the claim, and possible mechanisms for overcoming each barrier is discussed

Résumé

Selon les plus récentes données démographiques et sociales, les employeurs devront de plus en plus embaucher des chômeurs d'âge mûr au sein de leur entreprise. Tous les baby-boomers font maintenant partie du marché du travail et les plus petites cohortes qui suivent fourniront un nombre inférieur de nouveaux travailleurs (Foot 1987). Ainsi, l'entreprise désirant maintenir une saine croissance économique devra se plier aux pressions grandissantes et engager des travailleurs plus âgés. Le gouvernement et la société en général exerceront aussi des pressions sur les entreprises dans le but de les inciter à jouer un rôle plus important eu égard à la réintégration des chômeurs d'âge mûr (CLMPC 1990). De plus, la période moyenne de chômage pour ceux-ci est à la hausse. En 1989, elle était de 25,8 semaines (Géra et McMullen 1991) surchargeant ainsi de plus en plus le système d'aide social canadien. De toute évidence, le gouvernement devra également s'associer au secteur industriel pour réussir à faire réintégrer le marché du travail à ces travailleurs.

Pour mieux comprendre dans quelle mesure l'industrie peut parvenir à relever le défi que présente une main-d’œuvre vieillissante, nous nous sommes d'abord adressés aux employeurs pour recueillir leurs propos et idées concernant la réintégration des travailleurs âgés. L'étude avait pour but d'analyser les données recueillies parmi les 651 employeurs qui ont répondu à la question : « Quelle est la raison qui cause le plus de difficultés au chômeur d'âge mûr qui cherche du travail ? ».

Selon les employeurs, il existe cinq importants obstacles limitant les chances d'un chômeur d'âge mûr en quête d'un nouvel emploi d'en obtenir un. Premièrement, il est perçu comme ne possédant pas les qualifications nécessaires pour remplir les fonctions reliées aux postes contemporains. Deuxièmement, il est perçu comme étant une personne plus dispendieuse à engager. Troisièmement, le chômeur d'un certain âge est aussi perçu comme quelqu'un qui ne s'intégrerait pas facilement dans la culture de l'organisation. Quatrièmement, il est perçu comme étant victime de discrimination. Finalement, il est perçu comme étant une personne qui ne possède pas les compétences nécessaires pour chercher un emploi.

En conclusion, les perceptions des employeurs, d'une part, reflètent les problèmes réels auxquels se heurtent les chômeurs d'âge mûr en quête d'emploi et, d'autre part, représentent certaines notions nettement stéréotypées et fausses reliées aux problèmes rencontrés par les travailleurs âgés en quête d'emploi. L'employeur doit se rendre compte que les qualifications de ce groupe de travailleurs sont nettement plus variées que celles des jeunes et élaborer une stratégie permettant de leur accorder la place qui leur convient. De plus, il doit reconnaître que certaines forces historiques et systémiques les ont privés de formation et avouer que les travailleurs d'âge mûr peu qualifiés ne sont pas nécessairement à blâmer. L'employeur doit aussi comprendre qu'un travailleur âgé peut profiter d'un stage de formation autant qu'un jeune travailleur (Dunn 1985) et que les avantages découlant d'un tel investissement peuvent être considérables.

Seulement quelques études ont examiné la relation entre la culture d'une organisation et l'âge. L'employeur doit admettre qu'un travailleur âgé possède tout un bagage d'expériences et de croyances et, de ce fait, il devrait « créer une place » pour ces valeurs au sein de son organisation. Bien qu'il existe plusieurs problèmes associés à la réintégration des travailleurs âgés sur le marché du travail, l'employeur qui réussira à ce faire aura moins de difficultés à recruter.