Home » 51-1 ( 1996) » Local Union Officers' Donations to a Political Action Committee

Local Union Officers' Donations to a Political Action Committee

Marick F. Masters et Robert S. Atkin

Abstract

During the 1980s, unions in the United States significantly increased their political activity, partly as a strategic response to declining membership. An important aspect of this effort is contributing money to congressional and presidential candidates through political action committees (PACs). U.S. federal election campaign laws allow unions to raise PAC money from members on a strictly uoluntary basis. Elected local union officers may play an important part in union PAC fundraising, as they are a sizable cadre of potential donors and their donations may send powerful signais to rank-and-file to donate as well. This paper examines the PAC donations among a sample of elected local union officers of the United Steelworkers of America (USW). The descriptive results show significant variation in officers' PAC donations. Regression analyses show that union commitment is a significant predictor of PAC support as is location in a non-right-to-work state. The results have implications for promoting union PAC fundraising efforts, and hence the potential of U.S. unions to rely on political action as a strategy for resurgence.

Résumé

Durant les années 80, les syndicats américains ont grandement accru leurs activités politiques en partie en réaction stratégique à la réduction du nombre de leurs membres. Une caractéristique importante de cet effort est la contribution financière aux campagnes présidentielles et des membres du Congrès par des comités d'action politique (CAP). En vertu de la loi électorale fédérale, les syndicats peuvent prélever auprès de leurs membres, sur une base volontaire, des sommes d'argent CAP pouvant servir, dans des limites prévues, aux campagnes électorales générales et celles des primaires pour les candidats à la présidence et au Congrès.

Les dirigeants syndicaux locaux élus peuvent jouer un grand rôle dans cet effort syndical de ramasser des fonds CAP puisqu'ils représentent un groupe important de donateurs potentiels et que leurs dons personnels peuvent influencer leurs membres. Cependant, le seul statut de dirigeants locaux n'implique pas un comportement homogène. Peu de recherche empirique a porté sur les dirigeants locaux en soi, aussi nous avons eu recours à une documentation pertinente plus large dans les domaines tels la participation politique générale, la participation politique des syndiqués et l'incitation des employés à se joindre à des groupes d'intérêts pour des fins politiques. À partir de cela, nous proposons des hypothèses spécifiques eu égard aux variables socio-psychologiques, démographiques, économiques, régionales et expérimentales pouvant influencer les dons CAP des dirigeants syndicaux locaux.

Nous avons vérifié nos hypothèses à l'aide d'analyses de régression de données colligées suite à une enquête menée auprès de 700 dirigeants locaux des Métallurgistes unis d'Amérique (Métallos) qui ont tous suivi des séminaires commandités par le syndicat international. Les résultats révèlent une variation considérable dans les dons qu'ont eux-mêmes rapportés les dirigeants locaux. Cependant, en moyenne, ces dons excèdent de beaucoup ceux des membres. Chez les dirigeants, les résultats démontrent que l'implication dans le syndicat est un bon prédicteur de dons CAP. Les résultats suggèrent que les Métallos et les syndicats américains en général pourraient accroître leur niveau actuel d'action politique en permettant aux dirigeants locaux de ramasser de l'argent CAP par une éducation de base et par le fait d'inculquer un plus grand sentiment d'engagement syndical.