Home » 75-1 ( 2020) » Progression des femmes et mixité dans les services correctionnels au Québec : des transformations possibles ?

Progression des femmes et mixité dans les services correctionnels au Québec : des transformations possibles ?

Sophie Brière, Antoine Pellerin, Anne-Marie Laflamme et Julie Maude Laflamme

Résumé

Cet article s’intéresse au cheminement de carrière des agentes de services correctionnels, particulièrement aux facteurs qui ont une influence sur leur rétention et leur progression. Alors que les études antérieures réalisées sur la réalité des femmes qui exercent ce métier montraient de nombreux obstacles et révélait le fait que les établissements de détention véhiculaient une culture masculine et des stéréotypes bien ancrés vis-à-vis des rôles qui sont joués dans ce milieu, la progression de la situation des agentes de services correctionnels québécoises a été très importante depuis le début des années 1990 et leur taux de rétention en emploi est, de nos jours, excellent. Nous avons donc cherché à comprendre cette progression et cette rétention, tout comme quelles en furent les conséquences au plan organisationnel.

Sur la base d’approches théoriques mobilisées de manière convergente, soit les approches sur la mixité au travail, les théories féministes, la théorie institutionnelle et la théorie du changement, des entretiens semi-dirigés ont été menés auprès d’agentes et d’agents de services correctionnels et de gestionnaires oeuvrant dans des établissements de détention québécois. Les résultats de notre collecte de données révèlent que la progression des femmes au sein des services correctionnels a pris la forme d’une réelle mixité au travail et a eu un impact significatif sur le milieu de travail. Le fait que les équipes de travail soient composés d’hommes et de femmes et que les tâches confiées aux membres du personnel, à l’exception des fouilles à nu, soient identiques et non tributaire du genre, ont permis aux femmes d’être perçues comme des membres à part entière de l’organisation. Nous avons également constaté des transformations et des changements importants dans tous les piliers de l’organisation, ainsi qu’une évolution de la culture organisationnelle. Enfin, notre recherche a aussi permis d’identifier quelques enjeux qui représentent toujours des obstacles à la progression et à la rétention des agentes de services correctionnels.

Mots-clés : mixité au travail, démarche organisationnelle d’égalité, femmes, services correctionnels, diversité.

Abstract

This article examines career progression among female correctional service officers and, more specifically, the factors that influence their retention and advancement. Although studies exploring the reality of women exercising this occupation have shown that a male culture and deeply-rooted gender role stereotypes prevail in detention facilities, the advancement of female correctional service officers in Quebec has been very significant since the early 1990s and their job retention rate is excellent. This research seeks to find out whether this progression is based only on women’s ability to adapt to a traditionally male work environment or whether there has been real change in the work environment, human resource management and work processes. We have thus sought to understand this advancement and retention and their impact at the organizational level.

In order to understand how women have progressed so significantly in the Quebec context, several theoretical approaches have been mobilized in a convergent way, such as approaches to gender mixing in the workplace, feminist theories, institutional theory and the theory of change. To this end, semi-structured interviews were conducted with male and female correctional service officers and managers working in Quebec detention facilities. The results reveal that women’s advancement in correctional services has led to an increasing gender mix at work and has had a significant impact in the workplace. Since work teams include both men and women and, with the exception of strip searches, the tasks entrusted to staff members are identical and not based on gender, women are perceived as an integral part of the organization. Moreover, important transformations and changes were found at all organizational pillars and a shift in organizational culture was observed. Lastly, our study also identified some issues that continue to pose obstacles to the advancement and retention of female correctional service officers.

Keywords: workplace gender mix, approach to equality, women, correctional services, diversity.