Home » 26-4 ( 1971) » Éléments d’une stratégie de l’entreprise

Éléments d’une stratégie de l’entreprise

Résumé

Réponse au conflit entre responsabilités économiques et responsabilités sociales : un défi aux dirigeants

CENTRE DES DIRIGEANTS D'ENTREPRISE

Quelque deux cents membres du Centre des Dirigeants d'Entreprise ont participé de diverses manières, à l'élaboration de ce document. Il a été largement discuté, et corrigé à plusieurs reprises.

Il sera remis sur le métier et révisé progressivement, non par souci de purisme, mais parce qu'il s'agit d'un instrument de travail destiné à s'enrichir des expériences qu'il devrait susciter.

Issu des études de plusieurs comités et assemblées régionales, il rassemble les éléments principaux d'un programme d'action portant sur une réforme de l'entreprise. Action d'autant plus nécessaire que la population se reconnaît de plus en plus difficilement dans une société en proie à des mouvements imprévus.

Ce phénomène de rejet annonce ou accompagne les grands bouleversements politiques et sociaux. Des événements récents ont sonné, chez nous et ailleurs, la cloche d'alarme ; nous nous trouvons indiscutablement au point de départ de changements majeurs. Nul ne saurait prévoir si ces changements se feront dans la violence ou selon un autre mode d'évolution. Cependant, il suffit d'évoquer les programmes législatifs récents et d'être témoin des affrontements durables qui se déclarent autour de certains projets de loi, pour constater que la population est sérieusement divisée contre elle-même et pour en conclure que nos institutions, surtout l'entreprise privée, ne peuvent échapper à des chambardements très sérieux dont certains sont déjà en route.

Ces perspectives n'ajouteront pas une once de discernement aux esprits placides, de tous milieux, motivés par la seule considération de leurs intérêts. Les dangers inhérents aux improvisations démagogiques n'empêcheront pas davantage les contestataires professionnels de pousser la population dans les aventures les plus risquées. Les mesures de salut reposent entre les mains d'individus répartis à proportions égales à travers les diverses classes de citoyens.

Le texte qui suit s'adresse surtout aux hommes d'affaires qui considèrent une présence plus vigilante et plus active de l'entreprise comme une condition indispensable à l'orientation pacifique de la société ; il se résume en somme à deux propositions :

• Prise de conscience aussi claire que possible de la situation ;

• Engagement immédiat et précis dans une série d'interventions correctives et d'activités concertées, susceptibles d'accélérer l'intégration de l'entreprise dans le milieu économique et culturel.

Confirmé par des commentaires et analyses émanant des milieux les plus divers, le diagnostic du *CDE ne peut manquer de serrer de près la réalité des événements actuels. Quant aux lignes d'action proposées, une simple observation attentive en justifie l'urgente nécessité. Il reste à savoir si les dirigeants d'entreprise sont disposés, en nombre suffisant, à poser les gestes qui leur permettront d'apporter une contribution efficace au progrès de la société. C'est une question de clairvoyance et de volonté; mais elle implique un abandon radical du laisser-faire et de l'indifférence traditionnels.

JEAN BRUNELLE

Directeur général

Centre des Dirigeants d'Entreprise

Abstract

Elements of a Strategy for Business

Business and itseconomic and social responsibilities : a challenge for executives

CENTRE DES DIRIGEANTS D'ENTREPRISE

Some two hundred members of the Centre des Dirigeants d'Entreprise participated in various ways in the preparation of this text, following lengthy discussions and a series of corrected versions.

This document will continue to be revised, not in a spirit of perfectionism, but because it is a working paper which should gain additional substance from forthcoming experiences.

As a result of the work of many committees and regional meetings, the paper outlines a programme of action for business reform. Such action has become imperative at a time when people feel more and more alienated under the shock of rapid and unforesseen change.

Such a phenomenon of rejection is either a normal reaction to great political and social upheaval, or its forerunner. Both within and without our own community, recent events invite to caution : we are undeniably at the threshold of major change. No one can guess whether this change will be born of violence or otherwise. The fact remains that our population is sharply divided, as is quite evident from recent legislation and the hardy opposition aroused by a number of bills. Clearly, our institutions, and particularly private enterprise, are already feeling the effects of such far-reaching commotion.

The prospect is unlikely to bring enlightenment to complacent minds, whatever their social category, who are motivated by self-interest alone. Nor will demagogic improvisation with its inherent dangers prevent professional dissenters from enticing the people into hazardous ventures. Salvation will come from individuals widely spread out across the various layers of society.

The pages that follow are especially aimed at businessmen who feel that an active involvement of private enterprise is one of the essential conditions of a peaceful settlement of the present difficulties. Two basic suggestions are put forward :

• A clear-sighted grasp of the present situation :

• Implementation of immediate and definite corrective measures, through concerted action, to hasten the integration of private enterprise into the social, economic and cultural community.

Our Centre's diagnosis, confirmed by comment and analysis from various circles, is very likely to be realistic. As for the proposed plan of action, a careful assessment of current facts brings out Us urgent need. It remains to be seen whether a sufficient number of business executives will be ready to act, and thus to contribute effectively to the progress of society. Such action is a matter of clear-sightedness and courage; obviously, the traditional attitudes of laissez-faire and indifference should be abandonned.

JEAN BRUNELLE

Director General

Centre des Dirigeants d'Entreprise